Primary links

By anne-marie.dubois - Posted on 01 août 2019

Version imprimable

Qu’est-ce que le harcèlement psychologique?

 

Le harcèlement psychologique est une conduite vexatoire qui se manifeste par des paroles, des comportements, ou des gestes répétés, hostiles et non désirés, qui font de la peine, blessent, contrarient, humilient ou insultent. Lorsqu’une telle situation se produit, la dignité ou l’intégrité psychologique ou physique de la personne est atteinte, et le milieu de travail ou d’études devient néfaste.

 

 

Comment savoir si c’est du harcèlement?

Un cas de harcèlement psychologique est reconnaissable selon quatre critères.

 

1. Répétition et gravité

En principe, les comportements doivent être répétés. Le nombre de répétitions pour constituer du harcèlement varie selon la gravité des comportements, des paroles, des actes ou des gestes vexatoires et l'effet qu'ils ont sur l'individu qui les subit. Toutefois, une seule conduite vexatoire grave peut constituer du harcèlement si elle porte une telle atteinte et produit un effet nocif continu pour la personne.

 

Il est préférable d’agir promptement pour éviter que la situation ne s’aggrave. À défaut d’une action pour y mettre fin, le harcèlement a de fortes chances de continuer et probablement de s’aggraver.

 

2. Comportement hostile ou non désiré

Un comportement hostile est fait dans l'intention de nuire à une personne. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire que la personne ait exprimé clairement son désaccord à chaque comportement, parole, acte ou geste posé pour conclure qu'il n'était pas désiré.

 

Dans le cas d'un geste non désiré, l'intention de nuire n'est pas nécessaire. Il devient de la responsabilité de la personne qui subit ce comportement de manifester son désaccord et de demander à l'auteur de cesser.

 

3. Atteinte à la dignité ou à l’intégrité

La conduite vexatoire porte habituellement atteinte à la dignité ou à l'intégrité psychologique ou physique de la victime. Une diminution du sentiment d'estime de soi, une détérioration des fonctions normales du corps humain ou un déséquilibre psychologique ou émotionnel peut être observé dans ces situations.

 

Les personnes exposées à du harcèlement psychologique peuvent notamment présenter les symptômes suivants : pleurs, déprime, troubles de la mémoire, abattement, irritabilité, agitation, perte d’intérêt, isolement, perte de confiance et d’estime de soi, fatigue, troubles du sommeil, troubles gastriques, perte d’appétit, maux de dos, sueurs, vertiges, tremblements et nausées.

4. Milieu de travail ou d’études néfaste

La conduite vexatoire a un impact sur le milieu qui devient néfaste pour la victime, c'est-à-dire qu'elle n'a notamment plus envie de s'y retrouver et éprouve un grand malaise quand elle s'y trouve. Nous vous invitons à visionner cette capsule vidéo produite par la CNESST et qui illustre un cas de harcèlement psychologique au travail impliquant deux collègues.

 

Vous avez des doutes ou de la difficulté à déterminer si la situation

que vous vivez peut constituer du harcèlement?

 

N’hésitez pas à nous consulter

 

Comment reconnaître l’incivilité?

Dans certains cas, le harcèlement psychologique trouve sa source dans des gestes ou des paroles inciviles. Mais qu’est-ce que l’incivilité? Définissons d’abord son contraire, la civilité, qui est bien plus que d’être simplement poli et courtois. Il s’agit de considérer les autres et d’être ouvert à eux, de communiquer respectueusement, d’adopter des comportements qui favorisent la collaboration et l’harmonie. En ce sens, l’incivilité se traduit par des paroles ou des comportements qui démontrent un rejet des règles élémentaires de vie sociale, dont le respect, la courtoisie, la politesse et le savoir-vivre.

Conséquences chez la victime et sur le milieu de travail

Les gens qui subissent des incivilités se sentent dévalorisés et, pire, sont parfois portés à reproduire ces comportements. Toute incivilité tolérée dans un milieu de travail est donc susceptible d’envenimer le climat qui règne au sein de votre équipe. L’incivilité en milieu de travail est un signe avant-coureur de problèmes plus graves qui peuvent mener au conflit, au harcèlement psychologique ou même à la violence.

Geste d’incivilité

Un geste est considéré comme une incivilité dès qu’il enfreint les normes de respect qui prévalent dans tout milieu de travail, sans qu’il ne soit nécessaire de démontrer qu’il est grave ou sévère, ni même que son auteur avait une intention claire de nuire.

 

Exemples de comportements et de paroles à adopter

Agir avec respect au quotidien, c’est :

  • être courtois et poli
  • considérer les opinions des autres
  • utiliser un ton de voix convenable
  • respecter la hiérarchie
  • être ponctuel

Agir avec collaboration au quotidien, c’est :

  • s’entraider entre collègues
  • être positif et réceptif
  • développer son autonomie à la suite de la collaboration
  • partager ses idées et connaissances
  • être consciencieux

Agir avec ouverture au quotidien, c’est :

  • accepter les changements et s’y adapter
  • respecter les goûts et les coutumes des autres
  • donner la chance aux autres de s’exprimer
  • être capable d’en venir à un compromis en cas de conflit
  • respecter les divergences d’opinions

Communiquer efficacement au quotidien, c’est :

  • avoir une bonne écoute, être réceptif
  • s’assurer que le message est bien compris
  • avoir de l’empathie
  • partager l’information à temps
  • adopter un ton de communication agréable

Exemples de comportements et de paroles à éviter

Agir avec respect, c’est éviter :

  • de faire du sarcasme
  • de pratiquer le jugement et les sous-entendus
  • de lancer ou alimenter des rumeurs
  • de s’attribuer la réalisation du travail d’un autre
  • de faire des avances, des gestes ou allusions à connotation sexuelle
  • de bousculer quelqu’un

Agir avec collaboration, c’est éviter :

  • de s’isoler
  • d’être condescendant ou arrogant
  • de se montrer indisponible pour ses collègues
  • d’agir de manière individualiste
  • de créer des conflits interpersonnels

Agir avec ouverture, c’est éviter :

  • d’entretenir des préjugés
  • de ne pas écouter les autres
  • d’être sur la défensive
  • de tenir à ses idées à tout prix
  • de ne pas essayer de bien comprendre les changements qui se produisent

Communiquer efficacement, c’est éviter :

  • de parler avec agressivité ou de hurler après quelqu’un
  • de jurer
  • de faire des commentaires négatifs non constructifs et des remarques désobligeantes
  • de communiquer la mauvaise information ou négliger de mentionner l’information pertinente
  • d’adopter un comportement provoquant

 

Consulter toutes les ressources disponibles en cas de

harcèlement et de violences à caractère sexuel.

 

Ressources disponibles

 

1 888 401-VACS (8227)

 

comitevacs@inrs.ca