Primary links

By anne-marie.dubois - Posted on 10 décembre 2019

Version imprimable
L’homophobie et la transphobie se traduisent souvent par des moqueries, des commentaires désobligeants, des imitations caricaturales, etc.
 
Ces commentaires sont souvent faits de manière sournoise ou allusive, comme laisser planer un doute sur un collègue. Lancer de fausses rumeurs, dévoiler l’orientation sexuelle d’une personne sans son consentement ou menacer de le faire, refuser de travailler avec cette personne ou remettre en question ses compétences professionnelles sont autant de facettes discriminatoires associées à l’homophobie et à la transphobie. 
 
Même lorsque les gais, les lesbiennes et les transgenres ne sont pas directement visés par ces incidents, ils en deviennent tout de même les cibles indirectes, car ils se voient imposer des représentations négatives de leur réalité selon le rapport De l’égalité juridique à l’égalité sociale : Vers une stratégie nationale de lutte contre l’homophobie (PDF) de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.
 
À l’INRS, c’est tolérance zéro!
 
 

De bonnes intentions qui peuvent avoir des conséquences

Une fois étiquetée LBGTQ, la personne se retrouve souvent à devoir répondre à une foule de questions concernant les minorités sexuelles. Or, si cet intérêt part souvent d’une bonne intention, cela peut devenir excessif et désagréable pour la personne concernée.
 
 

La réalité des femmes lesbiennes et bisexuelles

Les femmes ayant fait leur coming out sont souvent la cible de harcèlement, particulièrement dans les milieux de travail traditionnellement masculins. L’idée de « les ramener dans le droit chemin » ou d’insister lourdement pour réaliser certains fantasmes sexuels avec elles est encore chose courante. 
 
 

Un défi complexe pour les personnes transsexuelles

Les personnes transsexuelles peuvent faire face à des obstacles supplémentaires. Afin de se protéger, certaines refuseront d’utiliser le prénom qu’elles ont choisi pour leur nouvelle identité sexuelle. Souvent, on ne leur accorde pas les services et les avantages habituellement offerts à leurs collègues, dont les congés nécessaires aux procédures médicales de transition. 
 
De plus, des détails qui peuvent sembler banals de prime abord peuvent devenir particulièrement ardus pour les personnes transsexuelles comme :  l’accès aux toilettes ou aux salles d’habillage, le type d’uniformes ou les codes vestimentaires.
 
 

Faire son « coming out »

La décision de faire ou non son coming out au travail ou à l’université est parfois difficile à prendre. Certaines personnes continuent de dissimuler leur orientation sexuelle ou leur identité de genre parce qu’elles ont peur de nuire à leurs études ou à leur carrière. De plus, dans une situation évidente d’homophobie ou de transphobie, il y a parfois un décalage entre les discours et la réalité. 
 
L’INRS prône l’éducation, la tolérance, l’ouverture d’esprit et l’inclusion. 
 
 

La présomption d’hétérosexualité 

Les personnes hétérosexuelles parlent librement de leur famille, de leurs relations amoureuses et de leurs activités en général. Les personnes LBGTQ hésitent souvent à le faire par peur de provoquer un malaise ou des commentaires déplacés ou de sentir de la désapprobation. Elles évitent le sujet ou s’excluent simplement de la discussion. Or, il suffit parfois d’expliquer cette réalité aux gens pour qu’ils modifient leur approche, leur discours ou leur comportement. Par exemple, demander « As-tu quelqu’un dans ta vie ? » plutôt que « As-tu un chum ou une blonde ? » peut sembler banal, mais démontre néanmoins une ouverture d’esprit. 

 
« Le lundi matin, quand on me demande ce que j’ai fait en fin de semaine, je reste vague, parce que personne ne sait que je suis homosexuel. »
 
Anonyme
 
 
Besoin de parler à quelqu’un?
Si tu es victime de harcèlement, d’intimidation ou de discrimination en raison de ton orientation sexuelle, fais-nous signe.
 
Pour de l’aide, du soutien et de l’écoute
Programme d’aide aux employés et aux étudiants (PAEE) de l’INRS 
 
1800 361-2433
1 877 257-5557 (English)
 
Pour faire un signalement ou porter plainte