By helene.simard - Posted on 18 juin 2019

Prix Fernand-Dumont sur la culture

Version imprimable

 

Le prix Fernand-Dumont sur la culture vise à souligner l'excellence d'une thèse de doctorat portant sur la culture. Ce prix est décerné aux deux ans. Les candidatures pour le prix qui sera remis en 2020 sont acceptées jusqu'au 1er septembre 2019.


 
 
La thèse doit être rédigée en français et porter sur un sujet en lien avec au moins l’un des trois axes de recherche de la Chaire Fernand-Dumont sur la culture, à savoir : 
 
  • Analyse de l’écosystème culturel ; 
  • Culture, villes et territoires ; 
  • Histoire culturelle et intellectuelle des sociétés contemporaines.
 
Consulter le site Web de la Chaire pour obtenir plus de détails sur les axes de recherche.
 
 
Nature du prix
Le prix comporte la publication de la thèse (d’une valeur maximale de 6 000 $) dans l’une des deux collections de la Chaire publiées aux Presses de l’Université Laval et une bourse de 2 000 $. Le prix sera attribué pendant l’hiver 2020, à l’occasion d’une activité spéciale de la Chaire (date à confirmer).
 
 
Date de dépôt des candidatures
La date limite pour déposer une candidature est le 1er septembre 2019.  
 
 
Conditions générales pour déposer une candidature
  1. La candidate ou le candidat doit être diplômé(e) ou en processus de l'être à la suite de sa soutenance réussie.
  2. Le dossier de candidature doit être transmis par courriel à Christian Poirier (christian.poirier@ucs.inrs.ca), professeur à l'INRS et titulaire de la Chaire Fernand-Dumont sur la culture, et à Thomas Mayer Lemieux (thomas.lemieux@ucs.inrs.ca), coordonnateur de la Chaire.
  3. Le dossier doit comporter une lettre de motivation, une copie numérisée de la thèse, un curriculum vitæ, une lettre d’appui de la directrice ou du directeur de thèse ainsi qu’une copie de l’ensemble des rapports d’évaluation de la thèse par le jury.
  4. Le sujet doit porter sur l’un des trois axes de recherche de la Chaire Fernand-Dumont sur la culture.

 

Critères d'admissibilité

  1. La candidate ou le candidat doit avoir la citoyenneté canadienne ;
  2. Ou être un(e) étudiant(e) non-canadien(ne) et avoir réalisé ses études doctorales dans une université québécoise ou canadienne ;
  3. Ou avoir réalisé sa thèse sur un thème lié directement à la situation culturelle québécoise, et ce, indépendamment du lieu des études doctorales et de la nationalité de l'auteur(e) ;
  4. Avoir déposé et soutenu avec succès sa thèse dans les vingt-quatre (24) mois précédents la fin du dépôt des candidatures, soit avant le 1er septembre 2019.
 
 
Sélection et engagements de la ou du récipiendaire
  1. Les candidatures seront évaluées par un jury formé de 3 personnes provenant de disciplines en sciences humaines et sociales reconnues pour le prix visé.
  2. Le premier prix sera remis à l’hiver 2020 et la ou le récipiendaire devra transmettre son manuscrit final au directeur de la collection concernée dans les six mois suivants l’attribution du prix. Éventuellement, le jury pourra suggérer la collection la plus pertinente à privilégier au regard du sujet de la thèse primée.
  3. La ou le récipiendaire se rendra disponible pour toute activité liée à la remise et à la promotion du Prix Fernand-Dumont sur la culture (lancement de l’ouvrage, publicité sur le site Web de l’INRS et de la Chaire, entretiens avec les médias, etc.).

 

 

Brève présentation des deux collections concernées par le Prix

 

La collection « Chaire Fernand-Dumont sur la culture » rassemble des ouvrages individuels ou collectifs autour des grandes questions culturelles de notre temps liées à la transmission et à l’innovation en matière culturelle, au rôle des institutions et des politiques culturelles et à l’avenir des petites sociétés dans un contexte de mondialisation.
 
La collection « Monde culturel » propose un regard inédit sur les multiples manifestations de la vie culturelle et sur la circulation des arts et de la culture dans la société. Privilégiant une approche interdisciplinaire, elle vise à réunir des perspectives aussi bien théoriques qu’empiriques en vue d’une compréhension adéquate des contenus culturels et des pratiques qui y sont associées.