Christine Proulx en nomination pour le prix du meilleur article travail-famille

21 juillet 2015

( mise à jour : 17 septembre 2020 )


La postdoctorante Christine Proulx du Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS est au nombre des 16 finalistes pour le 2015 Rosabeth Moss Kanter Award for excellence in Work-Family Research. Elle est la première auteure de l’article  « Impact of Providing Care on the Risk of Leaving Employment in Canada », sélectionné parmi plus de 2500 articles publiés dans 77 revues scientifiques à travers le monde. Rédigé conjointement avec sa directrice de thèse Céline Le Bourdais de l’Université McGill, cet article a été publié en décembre 2014 dans le Canadian Journal on Aging/Revue canadienne du vieillissement.

 
Dans cet article, Christine Proulx présente des résultats de ses recherches doctorales sur la prestation de soins à autrui tout au long de la vie et ses effets sur les trajectoires professionnelles des individus. À partir des données de l’Enquête sociale générale, elle a évalué l’impact de fournir des soins à un conjoint, un parent, un beau-parent ou toute autre personne apparentée ou non sur le risque de quitter son emploi. Ses analyses montrent que la probabilité de quitter son emploi augmente seulement chez les femmes qui s’occupent d’un parent et travaillent à temps plein, particulièrement chez celles sans enfants ou avec des enfants d’âge adulte, de même que chez les hommes qui fournissent des soins à un parent et n’ont pas d’enfants de moins de 25 ans. Le fait de cumuler les rôles de travailleur, d’aidant et de parent de jeunes enfants ne semble donc pas exposer les individus davantage à des interruptions de travail. Lorsque confrontés à une telle situation, ceux-ci ont probablement grandement besoin de maintenir leur niveau de vie et ainsi demeurent sur le marché du travail.  
 
Maintenant chercheuse postdoctorale au sein de l’équipe du professeur Benoît Laplante du Centre Urbanisation Culture Société, Christine Proulx poursuit ses travaux sur la prestation de soins à autrui, en s’intéressant cette fois à ses effets sur les trajectoires conjugales. Elle cherche à répondre à cette question : s’occuper d’un parent vieillissant crée-t-il des tensions au sein du couple de l’aidant pouvant mener à la séparation ou au divorce?