Création d’une puce pour caractériser les impulsions optiques ultrarapides

22 septembre 2011

( mise à jour : 31 août 2020 )


Améliorer les performances du microprocesseur, pièce maîtresse de l’ordinateur, pour qu’il soit moins énergivore, plus économique et évolue à la vitesse de la lumière : voilà qui pourrait devenir réalité grâce à la mise au point d’une nouvelle puce ultraperformante dont les résultats sont présentés dans Nature Photonics. Fruit d’une collaboration scientifique internationale, cette importante avancée a été réalisée par madame Alessia Pasquazi, stagiaire postdoctorale au sein de l’équipe du professeur Roberto Morandotti du Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS. Cette nouvelle puce ouvre une nouvelle ère pour Internet, en plus de paver la voie à de nombreuses applications en métrologie et télécommunications optiques.

 

Ce nouveau dispositif a été créé à l’aide de la technologie SPIDER, reconnue comme un outil exceptionnel pour caractériser les impulsions. Il permet de mesurer l’intensité et la phase des impulsions optiques ultrarapides sans avoir recours à des équipements volumineux et dispendieux.

 

Cette recherche a bénéficié du soutien financier du Conseil de recherche de l’Australie, du Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (FQRNT), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et de l’INRS. Mentionnons enfin que le professeur Jose Azaña du Centre Énergie Matériaux Télécommunications a également contribué à cette percée.

 

Lire l’article paru dans Nature Photonics.