Deux membres du corps professoral se distinguent pour les Prix du Québec

Publié par Audrey-Maude Vézina

5 novembre 2020

( mise à jour : 10 novembre 2020 )

La professeure Valérie Langlois et le professeur Jasmin Raymond ont été reconnus par le gouvernement du Québec pour l’excellence de leurs travaux de recherche.

L’Institut national de la recherche scientifique (INRS) est fier d’annoncer que la professeure Valérie Langlois est lauréate du prix Relève scientifique 2020. Ce Prix du Québec est attribué à une personne de 40 ans ou moins en reconnaissance de l’excellence de ses travaux de recherche et de ses aptitudes à établir et à maintenir des liens constructifs et durables avec les milieux de la recherche.

Deux membres du corps professoral se distinguent lors des Prix du Québec
Valérie Langlois professeure en biologie moléculaire, endocrinologie, perturbation endocrinienne, physiologie animale, toxicologie chimique et environnementale à l’INRS

Spécialiste en écotoxicogénomique au Centre Eau Terre Environnement, la professeure Langlois travaille de concert avec plusieurs partenaires universitaires et gouvernementaux, depuis plus de 10 ans, pour déterminer les effets néfastes des contaminants environnementaux chez les vertébrés. Elle est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écotoxicogénomique et perturbation endocrinienne et responsable scientifique du Laboratoire en écotoxicogénomique et perturbation endocrinienne.

« Ce prix souligne l’importance croissante de la valeur accordée à la santé de notre environnement dans la conscience collective québécoise, ce qui me touche grandement. Je suis ravie que la compétence et la contribution scientifique des femmes soient reconnues. »

Valérie Langlois
Jasmin Raymond, professeur en géothermie, hydrogéologie et thermique à l’INRS

Outre la professeure Langlois, le professeur Jasmin Raymond s’est également distingué comme finaliste du prix Relève scientifique 2020. Le jeune chercheur est responsable scientifique du Laboratoire ouvert de géothermie (LOG) et titulaire de la Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du Nord.

« Je suis heureux d’avoir été finaliste dans cette catégorie, c’est très stimulant pour la suite de ma carrière ! Cette reconnaissance est une forme d’encouragement dans la poursuite de mes travaux de recherche en géothermie, au Québec et dans le Nord. »

Jasmin Raymond

Un prix important

« Ce prix est la plus haute distinction offerte par le gouvernement du Québec pour une chercheuse ou un chercheur en début de carrière, tous domaines confondus. D’y avoir deux finalistes de l’INRS démontre la très grande qualité des chercheuses et des chercheurs de notre établissement universitaire qui contribue à la transformation de la société québécoise », souligne Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’INRS.

Toutes nos félicitations !