Retour en haut

Deux nouveaux membres du corps professoral au sein de l’UMR INRS-UQTR

20 juillet 2022 | Sophie Laberge

Mise à jour : 20 juillet 2022

François Allard et Gaixia Zhang débutent leurs travaux sur les matériaux et les technologies pour la transition énergétique.

L’Unité mixte de recherche sur les matériaux et les technologies pour la transition énergétique de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a accueilli le professeur François Allard et la professeure Gaixia Zhang en mars 2022.


François Allard

Expert en électrochimie appliquée et modélisation numérique, le professeur François Allard mène des travaux portant sur les piles à combustible à oxyde solide (SOFC), les batteries au lithium et les technologies de l’électrolyse pour la production de métaux et d’hydrogène par des procédés à haute température. S’arrimant avec les objectifs de transition énergétique, ses travaux appuient la décarbonatation des procédés industriels et favorisent le développement de nouvelles technologies de batteries utiles pour le secteur des transports.

Plus précisément, les activités de recherche du professeur Allard ciblent la synthèse d’électrodes et d’électrolytes à base de céramiques, le développement de nouveaux procédés électrométallurgiques à faible émission de CO2, l’amélioration de la performance des piles au lithium et des piles à combustible par l’utilisation de modèles numériques et de bancs d’essai expérimentaux.

Le professeur François Allard a obtenu un doctorat de l’Université de Sherbrooke, en partenariat avec Rio Tinto Aluminium, et a travaillé comme scientifique de recherche au Centre d’excellence en électrification des transports et stockage d’énergie chez Hydro-Québec, de 2019 à 2022.


Gaixia Zhang

Diplômée au doctorat en génie physique à Polytechnique Montréal, la professeure Gaixia Zhang se spécialise dans les dispositifs énergétiques durables.

Ses intérêts de recherche portent sur les électrodes nanostructurées, les électrolytes et leurs interfaces pour les applications de conversion et de stockage d’énergie durable, notamment les batteries, les piles à combustible, la production d’hydrogène et la réduction du CO2.

Elle mène des recherches multidisciplinaires et relève les principaux défis de dispositifs énergétiques (coût élevé, faible performance et durée de vie limitée) par la synthèse contrôlée de divers nanomatériaux fonctionnels. La conception et la caractérisation d’interfaces électrode ou électrolyte sont également au cœur de ses recherches. Ces travaux visent à rendre possible la commercialisation de ces dispositifs d’énergie renouvelable haute performance de nouvelle génération.

Gaixia Zhang a été chercheuse postdoctorale au département Mechanical and Materials Engineering de l’Université Western Ontario, puis chercheuse à l’INRS. Elle a également œuvré au sein du département de recherche et développement chez General Motors aux États-Unis.


L’UMR INRS-UQTR

En 2021, l’INRS et l’UQTR ont mis sur pied une unité mixte de recherche INRS-UQTR sur les matériaux et les technologies pour la transition énergétique. Sur la thématique du développement de matériaux et de technologies avancées au service d’une économie décarbonée, l’unité profite d’un soutien financier du gouvernement du Québec.

L’UQTR, déjà très engagée dans le Plan d’électrification et de changements climatiques (PECC), possède une réputation internationale et des infrastructures majeures facilitant la transition énergétique. Les travaux effectués en ce sens à l’Institut de recherche sur hydrogène (IRH) et à l’Institut d’innovations en écoproduits, écomatériaux et écoénergie (I2E3) en sont quelques exemples.

À l’INRS, le Centre Énergie Matériaux Télécommunications et le Centre Eau Terre Environnement réunissent des scientifiques spécialisés dans le développement de matériaux avancés et de technologies vertes. Les infrastructures qu’on y trouve sont uniques au pays.