Retour en haut

Développer des ressources minières de manière durable

31 janvier 2022 | Audrey-Maude Vézina

Mise à jour : 22 juin 2022

L’INRS et Québec Silica collaborent à un projet multidisciplinaire de silice industrielle dans la région de Charlevoix.

gisement de quartzite qui contient la silice

La région de Charlevoix abrite des gisements de silice de haute pureté.

L’Institut national de la recherche scientifique (INRS) entame un projet d’envergure en collaboration avec la compagnie Québec Silica Resources. Ce partenariat de recherche permettra d’optimiser les méthodes d’exploration et d’exploitation minière dans le respect de l’environnement et des espèces qui y vivent.

Les partenaires du projet évalueront le site du gisement de silice de haute pureté en fonction de ces caractéristiques minéralogiques, chimiques et environnementales. Un aspect important du projet consiste en une étude détaillée de la géomorphologie, de la faune et de la flore locale. 

Sous la direction du professeur Marc Richer-Laflèche de l’INRS, le projet a pour objectif de fournir les données et interprétations nécessaires à la prise de décision en matière de mise en valeur d’un gisement de silice de la région de Charlevoix.

 « Dans le passé, mon équipe a réalisé de nombreuses études minéralogiques, géochimiques et géophysiques sur les gisements de silice des régions de Charlevoix, de la Matapédia et la Montérégie. Notre expertise dans le domaine des minéraux industriels sera utile pour accélérer l’avancement des travaux de Québec Silica. »

Marc Richer-Laflèche, responsable scientifique du Laboratoire de géosciences appliquées.

Lors des travaux, les équipes de recherche analyseront, entre autres, la performance de la silice, une forme naturelle du dioxyde de silicium (SiO2) qui entre dans la composition de nombreux matériaux industriels. Ils étudieront également son utilisation comme source potentielle pour d’éventuelles utilisations dans des technologies avancées de production de silicium de haute pureté pour les batteries et de l’énergie photovoltaïque.  

La minéralogie, la géochimie et la granulométrie de la silice, ainsi que les impuretés minérales qu’elle contient, seront documentées afin de sélectionner des procédés physiques de purification minéralurgiques optimale. La production de silice de haute pureté est nécessaire afin de fournir la matière première pour des utilisations dans le domaine du verre, des céramiques, du silicium, de la chimie et des panneaux solaires.


En action au laboratoire et sur le terrain 

Grâce à des drones, l’évaluation des caractéristiques de terrain s’effectueront à partir d’imageries aériennes de haute résolution. Cette étape est incontournable, en particulier pour l’évaluation de terrains montagneux voués à une éventuelle exploitation de carrière. De plus, l’imagerie aérienne permettra de localiser, avec précision, les affleurements de quartzite. Combinées à des tranchées et forages, les données numériques de terrain, issues des levées effectuées par drones, permettront d’évaluer le volume de quartzite potentiellement exploitable. L’imagerie aérienne servira également à étudier la couverture végétale (arbres, arbustes, lichens et mousses) et, en hiver, d’évaluer la présence de caribou et d’orignaux grâce aux traces de circulation dans la neige.

Deux stations météorologiques automatiques seront installées pour monitorer (en altitude et dans la vallée), pendant 12 mois, les conditions météorologiques locales afin de surveiller les précipitations, le vent et les fluctuations de température. L’équipe installera également des caméras de surveillance automatisées afin de suivre l’activité animale dans les différents secteurs de la propriété.

Les études se poursuivront en laboratoire avec l’analyse minéralogique, chimique et pétrophysique des échantillons de quartzite et des roches hôtes environnantes. Ces mesures permettront de déterminer les méthodes d’exploration géophysique les plus appropriées et d’orienter les différentes étapes de purification minéralurgique de la silice afin de pouvoir produire une qualité de silice répondant aux spécifications de l’industrie.

L’équipe de Québec Silica Ressources et l’INRS collaboreront avec la compagnie montréalaise EkoXplor pour les efforts de recherche, d’exploration et d’évaluation du gisement de silice de Charlevoix.

« Nous sommes heureux de l’équipe que nous avons constituée. Ce sont des personnes très respectées dans leurs domaines respectifs avec une connaissance approfondie du sujet. Ils disposent également d’un vaste réseau au sein de la communauté. Leur présence à bord renforce notre vision de développer nos ressources de manière appropriée et durable, et de fournir les ingrédients nécessaires à une économie plus verte », déclare Raymond Wladichuk, PDG de Québec Silica Resources.

Ressources graphiques pour le développement durable, la biodiversité, une économie en croissance et la technologie

Énergies vertes : de l’innovation et à la transition