Retour en haut

La mère et l’enfant vulnérables à l’exposition des perturbateurs endocriniens

28 avril 2022 | Julie Robert

Mise à jour : 28 avril 2022

Une équipe de recherche canadienne met en évidence la sensibilité du placenta face à ces contaminants environnementaux, durant la grossesse.

L’exposition à ces contaminants environnementaux durant la grossesse peut mener à des problèmes de santé à moyen et long terme, aussi bien chez la mère que le fœtus.

On les retrouve dans les cosmétiques, les contenants de plastique, le mobilier, les jouets, ou les biberons. Les perturbateurs endocriniens, ces molécules qui dérèglent nos hormones, sont omniprésents dans notre quotidien. Pourtant, leurs effets inquiétants sur la santé humaine sont peu connus du public. Un nombre grandissant d’études démontrent que l’exposition à ces contaminants environnementaux durant la grossesse peuvent mener à des problèmes de santé à moyen et long terme, aussi bien chez la mère que le fœtus.

C’est ce que montre un groupe de chercheuses de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), de l’Université TELUQ et de Queen’s University, qui a fait une revue exhaustive de la littérature en passant au crible plus d’une dizaine de perturbateurs endocriniens (PE). Elles se sont intéressées aux PE qui ont des effets sur le système reproducteur, le métabolisme et le développement des glandes mammaires durant la grossesse. Leur travail fait l’objet d’un article qui a été publié dans l’édition spéciale de la revue Environmental Research, en avril 2022.

« L’idée était de montrer que, durant la période de la grossesse, il n’y a pas juste une personne qui est sensible aux perturbateurs endocriniens, mais bien deux ! »

Isabelle Plante, chercheuse en toxicologie environnementale à l’INRS

« On voulait mettre en évidence cette co-sensibilité de la mère et de son enfant face à ces contaminants environnementaux qui sont partout », confie la professeure Isabelle Plante, auteure principale de l’étude. Elle est également la codirectrice du Centre intersectoriel d’analyse des perturbateurs endocriniens (CIAPE).

La grossesse est un processus complexe qui implique de grands bouleversements physiologiques chez la mère et l’enfant. Cette période de la vie est régie par diverses hormones et voies de signalisation. C’est donc une fenêtre particulièrement sensible aux dérèglements des contaminants extérieurs.


Déjouer les barrières de défense du placenta

En compilant les travaux existants, les chercheuses ont mis en évidence le rôle du placenta et sa vulnérabilité face aux PE. Le placenta est le modulateur de la physiologie maternelle et du développement du fœtus. Il produit des hormones nécessaires à la grossesse. Toute altération dans son fonctionnement affecte la santé de la mère et son enfant à court, moyen et même à long terme. En effet, un mauvais fonctionnement du placenta peut mener à des complications de santé plus tard dans la vie, telles que le diabète, l’obésité ou d’autres maladies chroniques.

« La vie périnatale incluant la grossesse est une période importante du développement, car c’est à ce moment-là que se mettent en place les mécanismes essentiels tout au long de la vie de l’enfant et même de la mère. Ainsi, l’altération du placenta par les PE peut avoir des effets invisibles qui seront observés uniquement plus tard dans la vie », explique la professeure à l’INRS Cathy Vaillancourt, coauteure de l’article, qui se spécialise dans l’implication des facteurs environnementaux sur l’endocrinologie du placenta humain. Elle est également membre du comité scientifique du CIAPE et directrice du Réseau intersectoriel de recherche en santé de l’Université du Québec (RISUQ).

Les chercheuses ont également démontré qu’une exposition précoce de la mère à certains perturbateurs endocriniens pouvait affecter le développement des glandes mammaires chez les bébés à naître. Cela peut les rendre plus susceptibles de développer un cancer du sein à l’âge adulte. C’est le cas du bisphénol A (BPA), présent dans certains plastiques alimentaires, et du diethylstilbestrol (DES), un œstrogène de synthèse qui a été largement utilisé auprès des femmes pour le traitement de la ménopause, ou encore pour éviter les risques de complications de grossesse.


Un manque de sensibilisation 

« Beaucoup de femmes croient être sensibilisées aux perturbateurs endocriniens et à leurs effets sur la santé, mais peu amorcent des changements dans leurs habitudes de vie, explique la professeure Plante. Par exemple, certaines arrêtent de se maquiller durant la grossesse, mais continuent de se teindre les cheveux ou d’utiliser des lotions et des crèmes sur le corps. »

Près de milliers de molécules sont suspectées d’interférer avec des récepteurs hormonaux ou la fabrication des hormones, mais il en existe certainement des centaines de milliers d’autres. Les chercheuses ont donc ciblé des molécules connues et d’autres, moins connues, comme celles présentes dans les liquides qui sortent des eaux de fracturation lors de la recherche pétrolière.

« Le message que nous voulons faire passer est que les femmes enceintes ou celles qui ont un désir de maternité représentent une population particulièrement vulnérable face aux perturbateurs endocriniens. Elles doivent être sensibilisées aux effets que ces contaminants peuvent avoir, non seulement sur leur santé, mais aussi celle de leur futur enfant », conclut la professeure Plante.


À propos de l’étude

L’article « Killing two birds with one stone: Pregnancy is a sensitive window for endocrine effects on both the mother and the fetus » par Isabelle Plante, Louise M.Winn, Cathy Vaillancourt, Petya Grigorova et Lise Parent a été publié dans la revue Environmental Research, le 1er avril 2022 (DOI: 10.1016/j.envres.2021.112435).