Haut de page
Haut de page

La professeure retraitée Claire Poitras honorée par l’UAA

5 mai 2021 | Sophie Laberge

Mise à jour : 6 mai 2021

L’association nord-américaine Urban Affairs souligne la contribution aux études urbaines de la professeure de l’INRS, Claire Poitras.

Claire Poitras, professeure à l'INRS
Photo : Josée Lecompte

Professeure retraitée du Centre Urbanisation Culture Société de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Claire Poitras a reçu un prix pour sa contribution au domaine des affaires urbaines. Remis par l’Urban Affairs Association (UAA), ce prix souligne son apport significatif en études urbaines au cours des années.

« Je suis très heureuse de recevoir cette reconnaissance au moment même où je prends ma retraite. C’est très agréable de voir ma carrière de chercheuse et de professeure soulignée et reconnue par mes pairs. Dans mes travaux, la pertinence de créer de meilleurs liens entre les chercheuses et chercheurs et les actrices et acteurs en patrimoine passait également par des associations telles que l’UAA. »

Claire Poitras

Membre de cette association scientifique depuis plusieurs années, elle a été impliquée dans de nombreuses activités et au sein de divers comités, comme ceux du colloque annuel ou de la revue Journal of Urban Affairs. Elle a présidé le comité de programme de l’UAA en 2009 et 2010 et a été élue au conseil d’administration pour le mandat 2012-2015. Elle a également été membre du comité du meilleur livre en affaires urbaines en 2019 et 2020.


Professeures en études urbaines

C’est le 1er avril 2021 que la professeure Claire Poitras a pris sa retraite, après plus de 20 années de service à l’INRS. Spécialiste de l’aménagement, de l’histoire urbaine et de l’environnement bâti, elle a occupé une à une les fonctions qui jalonnent une riche carrière universitaire. De postdoctorante à associée de recherche, de professeure adjointe à agrégée puis titulaire, elle a aussi été directrice du Centre Urbanisation Culture Société, de 2010 à 2017, et directrice scientifique du réseau Villes Régions Monde (VRM), de 2010 à 2019.

Elle a obtenu plusieurs subventions (6 M$) et contrats (600 000 $) pour ses recherches et elle a supervisé 12 étudiantes et étudiants ayant maintenant obtenu leurs diplômes. Elle a également publié trois livres et de nombreux articles ou chapitres de livres. Son ouvrage La Cité au bout du fil, publié en 2000 aux Presses de l’Université de Montréal, a remporté le prix Michel-Brunet de l’Institut d’histoire de l’Amérique française.