Le professeur Guy Mercier participe à la conférence de Carbon Management Canada

3 juin 2014

( mise à jour : 17 septembre 2020 )


Le professeur Guy Mercier du Centre Eau Terre Environnement de l’INRS et quatre membres de son équipe ont présenté des résultats sur les essais pilotes en cours réalisés sur un procédé permettant aux usines de réduire leurs émissions de CO2 et de revaloriser les déchets industriels lors de la conférence annuelle de Carbon Management Canada qui s’est tenue au Banff Centre du 27 au 29 mai 2014.

 

Ce procédé breveté a démontré un grand potentiel pour traiter à la fois d’importantes émissions industrielles de CO2 et des résidus miniers tout en produisant du carbonate de magnésium, un produit utilisé en assainissement des eaux et dans la fabrication de matériaux ayant une très grande résistance aux hautes températures.

 

Dans sa communication, le professeur Mercier a partagé son analyse technique et économique du procédé en tenant compte des essais pilotes en cours. Les quatre autres membres de son équipe ont présenté des affiches sur :

  • La séquestration du CO2 par carbonatation minérale aqueuse de serpentinite : considérations théoriques (Nassima Kemache, postdoctorante)
  • La séquestration du CO2par carbonatation minérale aqueuse de résidus miniers de serpentinite : un point de vue économique (Louis-César Pasquier, associé de recherche)
  • Des matériaux appropriés pour la carbonatation minérale : composition et localisation (Emmanuelle Cecchi, associée de recherche)
  • L’étude de faisabilité à l’échelle pilote de carbonatation minérale en conditions réelles industrielles : paramètres et résultats (Ikbel Mouedhen, étudiante à la maîtrise)

 

Ce projet est financé par les gouvernements du Canada et de l’Alberta ainsi que par le Fonds québécois de recherche sur la nature et les technologies dans le cadre des Actions spontanées sur les changements climatiques. Les essais pilotes prendront fin en août 2014 et seront suivis d’étude de marché. Conditionnelle au financement, la construction d’un prototype est envisagée pour l’année 2015-2016.

 


Vous aimerez aussi ces articles sur les recherches du professeur Guy Mercier :

Une pierre deux coups pour des usines moins polluantes (PlanèteINRS.ca)

Quand la chimie vire au vert (PlanèteINRS.ca)