Leptospirose : un nouveau mécanisme de modulation de la virulence mis au jour

Publié par Audrey-Maude Vézina

18 novembre 2020

( mise à jour : 19 novembre 2020 )

Des chercheuses et des chercheurs de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et de l’Institut Pasteur ont fait une importante découverte concernant la leptospirose. Cette maladie touche principalement les animaux, mais peut être transmise aux humains (zoonose), comme la salmonellose ou la toxoplasmose par exemple.

Le regroupement de recherche, dont font partie le postdoctorant Antony Vincent et le professeur Frédéric Veyrier de l’INRS, a observé un nouveau mécanisme de modulation de la virulence des leptospires, les bactéries causant cette maladie responsable chez les humains de plus d’un million de cas et de 60 000 décès annuellement.

Bactérie Leptospira interrogans, responsable des formes les plus sévères de leptospirose. Crédit : INRS


L’équipe de recherche internationale a analysé le méthylome de la bactérie Leptospira interrogans, responsable des formes les plus sévères de leptospirose. En effet, un groupement méthyle peut être ajouté à certaines bases dans l’ADN. Ce processus épigénétique est appelé « méthylation » et réalisé par des enzymes nommées « méthyltransférases ».

Les chercheuses et les chercheurs ont montré qu’une méthyltransférase est responsable de la méthylation des bases cytosines en position 4 (m4C) des sites CTAG. Ce type de méthylation est trouvé uniquement dans les génomes des bactéries et des archées, et son rôle reste méconnu chez ces organismes. L’inactivation du gène codant cette méthyltransférase entraîne une dérégulation massive de l’expression des gènes de L. interrogans et une diminution de la virulence dans le modèle animal.

Ces recherches dévoilent un nouveau mécanisme de régulation d’expression des gènes et de modulation de la virulence par méthylation de l’ADN. Il est possible que cette stratégie soit utilisée par d’autres pathogènes bactériens.

Le communiqué original a été diffusé sur le site de l’Institut Pasteur.


À propos de l’étude

L’article « 4-Methylcytosine DNA modification is critical for global epigenetic regulation and virulence in the human pathogen Leptospira interrogans » a été publié dans la revue Nucleic Acids Research le 9 novembre 2020. L’équipe de recherche a reçu du financement du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS), de l’Institut Pasteur, de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et du Conseil européen de la recherche (ERC).