L’INRS se dote d’une infrastructure en imagerie avancée unique au monde

16 janvier 2013

( mise à jour : 17 septembre 2020 )


Le professeur Federico Rosei, également directeur du Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS, aura bientôt accès à un microscope électronique en transmission dynamique (DTEM). Unique au monde par sa configuration, cet équipement comblera un vide dans l’imagerie dynamique des matériaux en fournissant simultanément une très haute résolution spatiale et temporelle, une première qui pourrait révolutionner la recherche sur les matériaux. À la jonction des sciences de l’ultrapetit et de l’ultrapide, ce projet a reçu une  subvention de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) – Fonds de l’avant-garde et des initiatives nouvelles et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST) totalisant près de douze millions de dollars.

 

Dans les années à venir, l’innovation en sciences des matériaux dépendra de la capacité des chercheurs à élucider les relations infimes entre les nanostructures des matériaux et leurs propriétés. Les avancées en nanoscience pavent donc la voie à de nouvelles technologies pour les secteurs de la santé, de l’énergie, des télécommunications et de l’environnement, notamment. Dans cette perspective, le professeur Rosei et son équipe combineront les développements les plus récents en microscopie électronique en transmission avec les technologies laser nanoseconde et femtoseconde les plus avancées pour observer l’évolution dynamique de la structure de la matière. Leurs travaux permettront de synthétiser de nouveaux matériaux fonctionnels ou d’améliorer la performance de matériaux existants. Capteurs, biomatériaux, dispositifs électroniques et photoniques, ou destinés au traitement des eaux et au stockage de l’énergie sont au nombre de leurs applications potentielles.

 

Ce nouvel équipement sera constitué essentiellement de trois microscopes électroniques en transmission combinés en un seul. Sa configuration unique intègre toutes les modalités d’imagerie dynamique ainsi que de la spectroscopie électronique. Premier du genre au Canada, ce microscope constitue également une version très améliorée des deux prototypes DTEM disponibles aux États-Unis.

 

« La recherche et l’innovation sont de puissants moteurs de croissance dans nos collectivités, a déclaré Gilles G. Patry, président-directeur général de la Fondation canadienne pour l’innovation. Grâce au financement annoncé aujourd’hui, des chercheurs et des étudiants talentueux pourront trouver les solutions, créer les produits et générer les idées dont le Canada a besoin pour prospérer. »

 

« Ce nouvel investissement contribue à positionner l’INRS parmi les universités et centres de recherche les plus avancés en imagerie, microscopie et spectrométrie au monde. En plus de retenir et d’attirer les meilleurs chercheurs, ce nouvel équipement de pointe contribuera à la formation de personnel hautement qualifié capable de maîtriser les techniques de pointe pour la synthèse, la caractérisation et la fabrication de matériaux fonctionnels », s’est réjoui le directeur général de l’INRS, monsieur Daniel Coderre