Mario C. Filion nommé directeur du Centre national de biologie expérimentale

15 juin 2011

( mise à jour : 31 août 2020 )


Le directeur scientifique de l’INRS, monsieur Alain Fournier, a le plaisir d’annoncer la nomination de monsieur Mario C. Filion à titre de directeur des infrastructures animalières, soit le Centre de biologie expérimentale (CBE) et le Centre national de biologie expérimentale (CNBE), situées sur le campus de l’INRS à Laval. Cette nomination a été entérinée par le conseil d’administration de l’INRS lors de sa réunion du 14 juin 2011. Monsieur Filion entrera en fonction le 4 juillet prochain.

 

Possédant une solide expérience en gestion de projets dans le domaine de la recherche biomédicale axée sur l’expérimentation animale, monsieur Filion a exercé depuis 1998 diverses fonctions dans l’industrie biopharmaceutique. Il a notamment été directeur de la recherche biomédicale et de la toxicologie préclinique chez Bioniche Life Sciences. Monsieur Filion a complété des études de maîtrise en biologie moléculaire et de doctorat en microbiologie et immunologie à l’Université de Montréal. Il a également poursuivi des études postdoctorales à l’Unité de neuro-immuno-endocrinologie de l’Institut Pasteur, à Paris, ainsi qu’à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal.

 

Au cours de sa carrière, monsieur Filion a développé de nouveaux modèles d’expérimentation animale pour la recherche en toxicologie et sur le cancer, l’arthrite, l’inflammation, les maladies auto-immunes, l’efficacité des vaccins et la production d’anticorps. Il a obtenu plus de 15 brevets reliés à l’oncologie, à des molécules anti-inflammatoires et à des immuno-adjuvants.

 

« Nous sommes très heureux d’accueillir monsieur Filion à l’INRS. Sa vaste expérience dans le domaine de l’expérimentation animale pourra très certainement être mise à profit au sein de notre université. Ses qualités de gestionnaire dans le domaine de la recherche préclinique contribueront également au développement de l’offre de service du CBE/CNBE dans de nouveaux créneaux de recherche et à son rayonnement auprès de la communauté scientifique », précise monsieur Fournier.