Mort d’une femme atikamekw à Joliette: l’INRS se prononce

Publié par Sophie Laberge

1 octobre 2020

( mise à jour : 9 octobre 2020 )

À la suite des récents événements entourant la mort de madame Joyce Echaquan, membre de la communauté atikamekw de Manawan, l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) tient à réaffirmer sa position à l’égard de l’inclusion et du respect qu’il manifeste, en tant qu’établissement universitaire et comme acteur de la société québécoise, envers les peuples autochtones.

« Il est essentiel de dénoncer toutes les formes de violence et d’inégalitéde traitement envers nos concitoyennes et nos concitoyens, en particulier lorsqu’il s’agit de manifestations de racisme systémique. L’engagement, l’éthique et l’équité sont des valeurs fondamentales à l’INRS. Elles sont ancrées dans notre mission de développement de la société. L’intégrité l’est tout autant. »

Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’INRS
Mort d’une femme autochtone à Joliette : l’INRS se prononce

L’INRS souhaite rappeler qu’il dénonce tous les actes d’agression envers les populations autochtones, les femmes, les personnes membres des communautés LGBTQ2+, les personnes racisées, celles en situation de handicap ou tout autre membre de la société.

L’INRS offre ses plus sincères condoléances aux enfants, à la famille, aux amies et amis de madame Joyce Echaquan, de même qu’à l’ensemble de la communauté de Manawan touchée par ce tragique événement.