Retour en haut

Raconter d’extraordinaires histoires sur le comportement animal

8 octobre 2021 | Sophie Laberge

Mise à jour : 8 octobre 2021

Luc-Alain Giraldeau fait découvrir le monde du vivant dans un nouveau recueil qui s’appuie sur les fables de La Fontaine.

Luc-Alain Giraldeau Photo : Christian Fleury
Luc-Alain Giraldeau Photo : Christian Fleury

Plus que jamais, la culture scientifique prend une grande importance dans notre quotidien. C’est avec l’objectif d’éveiller la curiosité du public à la science du comportement animal, que Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), a conçu son recueil Histoires naturelles et extraordinaires des animaux de La Fontaine, qui paraît en France chez humenSciences, dans la collection Nature et Savoir.

Convaincu que la science appartient à tout le monde, Luc-Alain Giraldeau tient à ce que celle-ci soit accessible. Joignant son intérêt pour la littérature et son bagage scientifique, il a choisi de s’inspirer des fables bien connues pour expliquer des notions de comportement animal.

« Je n’avais que huit ans quand j’ai eu à réciter “La cigale et la fourmi” à partir d’un texte joliment illustré d’une cigale tenant une guitare. […] La fable permet d’enseigner une leçon de vie de manière agréable et facile. Nombre d’entre d’elles mettent en scène des animaux. Alors, pourquoi ne pas partir d’elles pour raconter ce que la science a découvert depuis sur leurs comportements ? Rendre l’éthologie – ma discipline et ma passion – accessible, voilà le défi que je me suis lancé. »

-Luc-Alain Giraldeau


De la fiction à la réalité : des vérités scientifiques sur le comportement animal

Près de 400 ans après l’ouvrage de ce grand fabuliste français, l’éthologue de formation a revisité certaines de ces fables et des leçons qu’elles tirent des animaux pour en détacher des faits scientifiques. En sept fables et sept chapitres, Luc-Alain Giraldeau aborde des sujets tels que la sélection naturelle et les maladies infectieuses, l’intelligence collective ou encore le sujet des exploiteurs.

Dans le chapitre trois, intitulé « De la communication à… la manipulation », il s’inspire de la fable du renard et du corbeau pour illustrer que la communication dans le monde animal est plus une affaire de manipulation que de transmission d’informations.

La célèbre fable « Le Lièvre et la tortue » illustre ainsi la course pour la survie entre les microbes et comment nous, leurs hôtes, nous pouvons tricher et faire gagner les plus lents et les moins virulents. Une fable moins connue, « Le pêcheur et le petit poisson », permet de décrire comment l’économie s’est glissée dans l’étude du comportement animal et nous permet de découvrir que les crabes, les bourdons et les écureuils sont capables de décisions économiques surprenantes.

Dans la fable de « La cigale et la fourmi », il tourne l’histoire sur elle-même et on découvre que le chanteur, qu’il s’agisse d’une cigale ou d’un ouaouaron, est celui qui investit l’effort et non pas celui qui écoute. La fable permet d’illustrer l’omniprésence des relations d’exploitation tant entre les individus d’une même espèce qu’entre les espèces.

À partir de ces fables, l’auteur raconte des vérités scientifiques sur le comportement animal de manière ludique et éclairante.

L’ouvrage sera disponible au Québec en novembre.