Relations rural-urbain

31 mai 2013

( mise à jour : 17 septembre 2020 )


Mutations des espaces ruraux sous l’effet des migrations : regards croisés entre la France et le Québec : tel est le titre du numéro spécial double publié dans la revue Géographie Économie Société (vol. 15, no 1-2, 2013). Coédité par la professeure Myriam Simard du Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS et le sociologue Luc Bossuet de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), ce numéro explore comment la campagne se réinvente dans le sillage des migrations urbaines.

 

Porfesseure Myriam SimardIl poursuit les réflexions sur ce phénomène qui va en s’amplifiant, réflexions amorcées dans un numéro thématique de La Revue canadienne des sciences régionales/Canadian Journal of Regional Science, paru sous le titre Les nouveaux ruraux dans les campagnes au Québec et en France : impacts et défis.  Ce numéro était aussi dirigé par la professeure Simard, première chercheure québécoise à analyser de manière globale l’intégration des néo-ruraux à leur société d’accueil.

 

Quelles relations les résidents de longue date, les touristes, les anciens et les nouveaux migrants ainsi que les résidents temporaires des espaces ruraux entretiennent-ils entre eux? Comment sont perçus les nouveaux arrivants par les ruraux? Pourquoi l’arrivée de citadins est-elle considérée tantôt comme une chance de revitalisation, tantôt avec réticence? Quelles sont les conditions essentielles pour une intégration réussie? Des anthropologues, économistes, géographes et sociologues fournissent des éléments de réponse dans ce numéro de la revue Géographie Économie Société.

 

Cherchant à mieux comprendre le sens de ces mutations, la diversité de leurs formes ainsi que les trajectoires territoriales, les auteurs scrutent les liens entre le rural et l’urbain. Ils examinent aussi les nouvelles dynamiques démographiques, économiques, sociales, culturelles et environnementales que génèrent les migrations de la ville vers la campagne.  À partir de regards croisés de part et d’autre de l’Atlantique, ce numéro jette un nouvel éclairage sur la diversité et la complexité de cette réalité contemporaine et invite à renouveler la réflexion sur le développement local.   

 

À titre d’invitée par la Chaire d’études sur le Canada et le PRES Limousin Poitou-Charentes de l’Université de Limoges du 27 avril au 7 juin 2013, la professeure Myriam Simard est associée aux travaux du Laboratoire de géographie environnementale GEOLAB UMR CNRS 6042, notamment sur les questions des migrations de la ville à la campagne. De plus, elle anime des séminaires dans les universités de Poitiers et de La Rochelle. ♦