Retour en haut

Une équipe étudiante primée pour une technologie de réduction des GES

10 novembre 2021 | Julie Robert

Mise à jour : 11 novembre 2021

Deux étudiants de l’INRS collaborent à un projet lauréat du prix international XPRIZE Carbon Removal.  

L’équipe étudiante Skyrenu interuniversitaire (UdeS-INRS) sous la direction du professeur Martin Brouillette (rangée du fond, 5e personne à partir de la gauche). À sa gauche, Louis-César Pasquier, professeur à l’INRS. De l’INRS également, Illies Tebbiche (en avant, à droite) et Arnault Baldassari (2e rangée, à partir de la droite) Crédit : UdeS

Capter directement le dioxyde de carbone dans l’atmosphère et l’utiliser pour décontaminer des sites d’amiante : c’est l’idée ingénieuse et doublement verte derrière la technologie Skyrenu, qui a été primée le mercredi 10 novembre dans le cadre du prestigieux concours international XPRIZE Carbon Removal, lors de la COP26. 

Elle a été développée par une équipe étudiante de la Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke (UdeS), en collaboration avec des étudiants de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), sous la supervision du professeur Louis-César Pasquier. Le stagiaire postdoctoral, Ilies Tebbiche, et l’étudiant au doctorat, Arnault Baldassari, tous deux de l’INRS, participent au développement de cette technologie. 

L’équipe a reçu, pour son invention, un prix de 250 000 US $. Le montant servira à peaufiner la technologie en vue de se qualifier pour le grand prix de 50 millions de dollars qui sera remis par la Musk Foundation en 2025. 

« Outre le fait que ce soit un prix prestigieux dans le domaine, c’est motivant de collaborer à un projet interuniversitaire qui contribue de manière concrète à la lutte contre les changements climatiques ».

Arnault Baldassari, étudiant au doctorat


La recherche étudiante au cœur de la lutte aux GES  

La course pour réduire la concentration de COdans l’atmosphère est déclenchée. L’objectif mondiale est d’éliminer 10 gigatonnes de CO2 par an d’ici 2060. L’équipe étudiante est déterminée à contribuer à ce chantier colossal en plusieurs étapes. 

Au cours des 6 prochains mois, l’équipe de UdeS va devoir démontrer la capacité de capter jusqu’à 1 kg de CO2 par jour. Une fois capté, le projet Skyrenu propose de stocker le CO2 pour des millions d’années.  

« Notre expertise à l’INRS réside dans le stockage du CO2 une fois qu’il a été retiré de l’atmosphère, en le transformant en roches stables. C’est ce qu’on appelle la carbonatation minérale ».

Ilies Tebbiche, stagiaire postdoctoral

L’équipe du professeur Pasquier sera donc en charge du concept de séquestration afin de démontrer une capacité de 1 tonne de CO2 par année. Pour la phase 2 du projet, il y aura une mise à l’échelle de la capture et de la séquestration pour atteindre 10 tonnes de CO2 par année. Le tout en visant les objectifs fixés par le concours : amener la technologie à capter et séquestrer 1000 tonnes de CO2 par année en 2025 et démontrer sa capacité à éventuellement atteindre l’échelle d’une gigatonne (1 millions de tonnes) par an. 

Le procédé utilisé par Skyrenu apporte une solution à un autre préoccupation environnementale : les 2 milliards de tonnes de résidus issus de l’exploitation de l’amiante chrysotile. 

« Cet héritage minier capte naturellement le CO2 contenu dans l’atmosphère. Avec Skyrenu, nous allons leurs donner un coup de pouce en accélérant la réaction, tout en les stabilisant pour les milliers d’années à venir », explique le professeur Louis-César Pasquier.  

Le deuxième volet du concours XPRIZE Carbon Removal aura lieu en février 2022 et sera ouvert aux équipes autres qu’étudiantes (PME, jeunes pousses, etc.). L’ensemble des équipes retenues (étudiantes et autres) se disputeront le grand prix en 2025.  

Félicitations à toute l’équipe étudiante sous la direction d’Alexandre Camiré, étudiant à la maitrise en génie mécanique, de l’UdeS !

Pour en savoir plus : 

Technologie Skyrenu de la Faculté de génie de l’UdeS (en anglais)  

Le concours XPRIZE Carbon Removal (en anglais)