Étude sur l’éthique : les « riches » seraient plus égoïstes que les « pauvres »

28 février 2012

( mise à jour : 28 février 2012 )


« Vous avez l’impression, quand une voiture vous coupe impoliment le chemin, que c’est toujours une “ grosse BM ” qui commet l’impair? Eh bien vous n’avez peut-être pas tort, selon une étude américaine qui suggère que les “ riches ” seraient des conducteurs plus égoïstes que les “ pauvres ” — et que ce ne serait pas leur seul travers moral, d’ailleurs.

 

Irrespect des piétons et des autres automobilistes. Recours au mensonge lors de négociations. Attitude relativement favorable à l’égard de la cupidité. Tricherie. Usurpation. Les “ élites ” en prennent décidément pour leur rhume dans cet article dirigé par Paul K. Piff, chercheur en psychologie à l’Université de Californie à Berkeley, et publié hier sur le site des Proceedings of the National Academy of Science.

 

[…]

 

L’étude a reçu un accueil mitigé chez les experts que Le Soleil a consultés, hier. Ainsi, le sociologue de l’INRS Jacques Godbout dit avoir déjà constaté, au fil de ses recherches sur le don, des éléments qui accréditaient la thèse des “ élites à la morale douteuse ”. En proportion du revenu, en effet, les gens les plus riches donnent moins que les pauvres, que ce soit aux oeuvres de charité ou à leurs proches.  “ Quand on est riche, on a plus de biens, et on peut facilement croire qu’on a moins besoin de lien [social] ”, résume-t-il. » Lisez l’article complet sur Cyberpresse.ca.

 

Cet article est une version remaniée d’un billet du blogue Sciences dessus dessous du même journaliste.

 

Étude sur l’éthique : les « riches » seraient plus égoïstes que les « pauvres »

Le Soleil

Mardi, 28 février 2012, p. 4

Journaliste : Jean-François Cliche

Aussi : Je-me-moi : les riches « moins éthiques » que les pauvres ?, du blogue Sciences dessus dessous.