Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du Nord

La Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du Nord vise à démontrer le potentiel des ressources géothermiques du Nord afin de favoriser le développement de cette filière énergétique durable.


Objectifs

Les recherches permettront d’évaluer des stratégies pour diminuer la consommation d’hydrocarbures et augmenter la performance des systèmes géothermiques en milieu nordique pour en diminuer les coûts et donner ainsi accès à une énergie propre. Pour y arriver, trois objectifs sont visés : 

  • Valoriser les environnements géologiques du Nord à fort potentiel géothermique
  • Améliorer les méthodes de conception et d’opération des systèmes géothermiques nordiques installés dans un contexte de pergélisol
  • Développer des technologies pour faciliter l’exploitation de la géothermie dans le Nord 


Mise en contexte

Couramment utilisés dans le Nord et transportés par camions, trains ou bateaux, les hydrocarbures servent à produire de la chaleur ou de l’électricité à des coûts financiers et environnementaux élevés. L’utilisation des technologies géothermiques représente une alternative pour diversifier les apports énergétiques et diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Cela pourrait donner lieu à la création de nouveaux secteurs d’activité intéressants pour les communautés, comme la production locale de fruits et de légumes en serre.

Toutefois, l’étendue des ressources géothermiques du Nord est méconnue. Le territoire est vaste et les propriétés thermohydrauliques qui caractérisent les ressources superficielles et profondes varient beaucoup. Dans cette perspective, la chaire de recherche vise à démontrer le potentiel des ressources géothermiques du Nord afin de favoriser le développement de cette filière énergétique durable.


Avancement des connaissances et développement technologique

Les projets de recherche ciblent deux régions nordiques ayant des profils différents en matière d’approvisionnement énergétique :

  • Les mines et villages raccordés au réseau de distribution, principalement en Jamésie
  • Les villages autochtones desservis par un réseau autonome dans le nord du Québec, dont Kuujjuaq la plus grande collectivité au nord de la toundra.

Vérifier l’état des ressources géothermiques locales, développer des modèles hydrogéologiques et énergétiques pour prédire les températures d’opération d’éventuels systèmes géothermiques, élaborer de nouvelles approches de modélisation pour améliorer les méthodes de conception des pompes à chaleur, améliorer l’exploitation des réservoirs de chaleur souterraine, étudier l’impact du pergélisol sont autant d’aspects explorés par les chercheurs.

La chaire innove par le développement des ressources et technologies géothermiques encore sous-exploitées, une des seules alternatives locales pour la production de chaleur en continu. Avec l’acquisition de nouvelles connaissances, il sera possible notamment d’étendre leur utilisation au nord du Québec et de mettre à l’essai de nouvelles approches de simulation qui préciseront la compétitivité de la géothermie dans le Nord.

Partenaires

Administration régionale Kativik
Hydro-Québec
Hatch
Goldcorp-Éléonore
Groupe Master
Société Makivik

Autres collaborateurs

Université Laval
ÉTS
IREQ
Ouranos

Collaboration internationale

Université de Reykjavik
Université d’Islande
Landsvirkjun
Bureau météorologique islandais
Université de Rennes 1
BRGM

À propos du titulaire

Jasmin Raymond, professeur

Titulaire de la Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du Nord

Hydrogéologue de formation, Jasmin Raymond a obtenu un doctorat de l’Université Laval et a réalisé des recherches postdoctorales à l’INRS grâce à une bourse Banting. Intéressé par la géothermie, il mène à l’INRS des recherches sur les ressources de basse et moyenne température, incluant les systèmes de pompes à chaleur. Réalisés en collaboration avec des concepteurs, des opérateurs et des manufacturiers du secteur de la géothermie et basés sur des essais de terrain et la modélisation numérique, ses travaux de recherche visent à générer des innovations scientifiques et technologiques en vue d’optimiser l’efficacité et la rentabilité des systèmes géothermiques. En plus d’être titulaire d’une chaire de de l’Institut nordique du Québec, il codirige un groupe de recherche international sur l’énergie géothermique soutenu par l’UNESCO. Il participe aussi au groupe d’experts de l’Association canadienne de normalisation sur les pompes à chaleur géothermique et au comité technique de géothermie chez Geoscience BC. Le professeur Raymond, qui enseigne les fondements de l’énergie géothermique, est coauteur d’un rapport de la Commission géologique du Canada sur le potentiel de cette source d’énergie au pays. Il a récemment obtenu le prix Colloquium de la Société canadienne de géotechnique.

Revue de presse

2020

2019

2018

2017