Le terreau fertile d’un État amoindri

24 septembre 2011

( mise à jour : 24 septembre 2011 )

« Moins d’État, plus de dérapage. C’est à cette conclusion qu’en arrive le rapport explosif de Jacques Duchesneau, qui a fait l’objet d’une fuite la semaine dernière. Après un an et demi d’observation et de témoignages recueillis auprès de «gens exaspérés, voire désespérés», l’Unité anticollusion pointe la perte d’expertise ainsi que l’opération menée par les libéraux de rapprocher le public et le privé pour expliquer la gangrène administrative installée au sein du ministère des Transports.

 

“ Le ministère des Transports est le ministère qui a le plus fait preuve de volonté d’auto-ratatinage depuis très longtemps. C’est dans ce ministère-là qu’il y a eu la première structure officielle pour regarder, avec un oeil attendri, les partenariats public-privé. Et c’était sous le Parti québécois, en 2000 ”, explique le professeur Pierre Hamel, de l’Institut national de recherche scientifique (INRS). »

 

 

 

 

 

 

Lisez l’article complet sur le site LeDevoir.com, Le Devoir, samedi 24 septembre 2011, p. B1.

 

Le terreau fertile d’un État amoindri
Le Devoir
Samedi, 24 septembre 2011, p. B1
Journaliste : Kathleen Lévesque