Les victimes d’un moratoire fédéral en recherche

28 mai 2012

( mise à jour : 28 mai 2012 )

Dans le cadre des restrictions budgétaires du gouvernement fédéral, le Conseil national de recherches en sciences et génie du Canada (CRSNG) met un terme au Programme d’appui aux ressources majeures (ARM). Les subventions en cours seront honorées, mais elles ne seront pas renouvelées et aucune nouvelle demande ne sera acceptée.

 

Ce programme vise à à faciliter l’accès des chercheurs universitaires canadiens à des ressources de recherche majeures et uniques à l’échelle nationale ou internationale en appuyant finanicèrement ces dernières. Les ressources admissibles comprenent entre autres des installations ou stations de recherche expérimentale, des organismes de recherche thématique comme des instituts, et des appareils de recherche spécialisés d’envergure.

 

Certains professeurs-chercheurs du Centre Eau Terre Environnement de l’INRS bénéfice de cet appui puisqu’ils utilisent les ressources majeures suivantes présentement financées dans le cadre du programme ARM. 

 

La station de recherche Whapmagoostui-Kuujjuarapik du Centre d’études nordiques située au Québec subarctique appuie certains travaux de terrain d’Yves Bégin et Isabelle Laurion, membres réguliers du CEN.

 

Le brise-glace de recherche NGCC Amundsen opéré par le Réseau ArctictNet est utilisé par Yves Gratton et son équipe.

 

Le programme de forage scientifique Canadian Continental Scientific Drilling Program (CCDP) dont Pierre Francus est responsable est appuyé par le programme ARM.

 

Le moratoire sur ce programme du CRSNG aura certainement des répercussions importantes sur l’accès à ces ressources majeures en recherche fondamentale.

 

 

 


Source :

Les victimes d’un moratoire fédéral en recherche

Le blogue de Valérie Borde

Media : L’actualité.com/Science

Parution :24 mai 2012

 

Photos : Dany Dumont (haut), Pierre Francus (bas)