Dossier

Dans l’oeil du DG : réflexions sur la science et la société

« Ça s’est joué, je crois, par un matin de printemps, lorsque, jeune étudiant, j’ai croisé le regard d’un pigeon au sol alors que j’attendais l’autobus pour me rendre à l’université. »

C’est par ces lignes que Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’INRS depuis septembre 2017, commence son livre maintes fois récompensé Dans l’œil du pigeon. Titulaire d’un doctorat en biologie de l’Université McGill, il est le récipiendaire du Prix d’excellence en recherche, volet carrière du réseau de l’Université du Québec en 2012.

Passionné du comportement animal, M. Giraldeau est aussi un citoyen engagé dans la diffusion de la science et de la recherche. Il s’exprime sur les défis de la communication entre scientifiques et médias, qui se traduisent parfois par des messages erronés qui érodent la confiance du public en la science. Il prône aussi l’importance du processus scientifique lent et rigoureux, et l’obtention d’un consensus à travers la communauté, seul rempart contre les pressions intéressées et l’erreur.

Le directeur général de l’INRS aborde l’avenir des établissements universitaires québécois qui passe par la reconstruction et le réinvestissement en éducation pour entretenir le goût du savoir, le goût de l’université et de la recherche. Il n’hésite pas à faire entendre sa voix pour dénoncer des réformes gouvernementales comme le Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Le Québec se doit d’attirer les meilleurs dans ses universités pour qu’ils participent à la création de connaissances qui peuvent ultimement mener à l’enrichissement de la société et à l’innovation.

Suivez les réflexions de Luc-Alain Giraldeau sur la science et la place de la recherche dans la société.