Médicaments antidouleur et sport de haut niveau : un mélange explosif

1 septembre 2011

( mise à jour : 1 septembre 2011 )


Récemment, trois joueurs de hockey décèdaient, dont un par suicide. Ces morts très médiatisées dans le milieu sportif ont remis sur la selette la question de l’usage de médicaments antidouleur chez des athlètes contraints d’en absorber pour continuer à jouer. Dans une entrevue d’une dizaine de minutes accordée au réseau de télévision RDS, Christiane Ayotte, professeure et directrice du Laboratoire de contrôle du dopage, met en garde le monde du sport et la population en général contre la banalisaton de l’utilisation de médicaments antidouleur chez les athlètes tels que les joueurs de hockey.

 

Comme l’explique madame Ayotte, la société a tout intérêt à s’interroger sur l’usage souvent abusif de médicaments antidouleur chez les athlètes sportifs. En effet, ces médicaments, qui sont des opiacées et des narcotiques, provoquent l’accoutumance sur le plan physique et plus d’avoir un certain effet sur le plan psychologique en agissant sur le cerveau comme un dépresseur. Pour tous les détails, écouter l’entrevue (choisir « L’athlète banalise l’utilisation des médicaments » dans la colonne de droite) diffusée le 1er septembre 2011.