Monique Bernier, une leader en télédétection

28 septembre 2011

( mise à jour : 28 septembre 2011 )

La professeure Monique Bernier fait l’objet de la chronique « Personne d’influence » dans l’édition de septembre 2011 du journal Chefs d’entreprises, le journal d’affaires de Québec et Chaudière-Appalaches

 

On y apprend entre autres qu’elle prépare pour 2014 un important congrès international sur la télédétection qui se tiendra à Québec (IGARSS 2014). Des chercheurs du centre Recherche et développement pour la défense Canada sont également impliqué dans l’organisation de cette rencontre d’experts du monde entier. L’événement sera tenu conjointement par la Société canadienne de télédétection et la Geoscience and Remote Sensing Society avec le soutien de l’Agence spatiale canadienne et du Centre canadien de télédétection. On y attend plus de 1500 participants.

 

L’entrevue du journal relate également les grandes lignes du parcours de Monique Bernier l’ayant mené à la télédétection. « Ce sont les missions Apollo vers la Lune qui ont été l’événement déclencheur de mon intérêt pour les sciences » raconte Monique Bernier. La télédétection est arrivé par le biais d’une maîtrise en géographie à l’Université de Sherbrooke sous la direction de Ferdinand Bonn, un pionnier de la télédétection au Canada. La professeure Bernier a ensuite travaillé au Centre canadien de télédétection à Ottawa. En 1991, elle obtient un doctorat en sciences de l’eau à l’INRS sous la direction de Jean-Pierre Fortin pour enfin devenir professeur-chercheur au Centre Eau Terre Environnement de l’INRS en 1993. La professeure Bernier compte plus de 20 ans d’implication au sein de l’Association québécoise de télédétection (AQT). En juin dernier, l’AQT a d’ailleurs remis à Monique Bernier le prix Ferdinand-Bonn soulignant sa contribution exceptionelle à la télédection. 

 

 

Lire la chronique en page du 10 du journal Chefs d’entreprises