Mouvement altermondialiste: de l’essoufflement à la renaissance

17 avril 2011

( mise à jour : 17 avril 2011 )

« Essoufflé, le mouvement altermondialiste? Si les grandes manifestations comme celles qui ont déferlé sur Québec il y a 10 ans se font rares, le sommet du G20 en juin dernier à Toronto a toutefois montré que la mobilisation était toujours vivante. Et que les masques à gaz n’étaient pas rangés très loin.

Nicole Gallant de l’Observatoire Jeunes et société de l’INRS vient pour sa part de terminer une série d’entretiens avec des jeunes de 18 à 30 ans. Des gens de partout au Québec, impliqués dans des partis politiques ou des associations étudiantes, mais aussi des groupes plus ­underground.

L’étude sera publiée en mai, mais Mme Gallant dégage quel­ques tendances. Les causes qu’ils défendent? « Les valeurs de solidarité humaine, de justice, de liberté et de solidarité », énumère la chercheu­se. Et l’environnement, ex aequo avec l’éducation. «La cause étudiante mobilise encore, explique Mme Gallant. Et l’enjeu n’est pas seulement de ne pas vouloir payer plus de droits de scolarité. C’est aussi toute la question de l’accès à l’éducation. » »

 

La suite de l’article sur Cyberpresse, Le Soleil, 17 avril 2011.

 

Mouvement altermondialiste: de l’essoufflement à la renaissance
Le Soleil
Dimanche, 17 avril 2011, p. 6
Journaliste : Valérie Gaudreau