Pourquoi des PPP réussissent tandis que d’autres échouent

28 mai 2011

( mise à jour : 28 mai 2011 )

« A-t-on sous les yeux le modèle du futur pont Champlain ? Depuis le 21 mai, le pont de l’autoroute 25, reliant Montréal à Laval, est ouvert à la circulation automobile. Le consortium Concession A25, le maître d’oeuvre de ce partenariat public-privé (PPP), a livré l’ouvrage avant les délais et selon les coûts prévus. Une réussite qui n’est pas le fruit du hasard.

 

 

Si la réalisation du projet de l’autoroute A25 s’est relativement bien passée (mise à part la découverte de sols contaminés), d’autres PPP ont été des histoires d’horreur, comme le projet Metronet au Royaume-Uni, pour la réfection de lignes du métro de Londres.

 

« Le consortium a fait faillite, et la Ville a dû reprendre ce projet conçu en PPP dans lequel Bombardier Transport était l’un des partenaires », souligne Pierre J. Hamel, professeur-chercheur et spécialiste des PPP à l’INRS-Urbanisation.»

 

La suite de l’article sur lesaffaires.com, Les Affaires, 28 mai 2011.

 

Pourquoi des PPP réussissent tandis que d’autres échouent
Les Affaires
Samedi, 28 mai 2011, p. 8
Journaliste : François Normand