Sous-financement des infrastructures de transport : le péage, solution miracle ?

6 septembre 2011

( mise à jour : 6 septembre 2011 )


Infrastructures en ruines, routes congestionnées et mal entretenues, transport en commun insuffisant : pour régler les problèmes de circulation de la Ville de Montréal, le maire Gérald Tremblay suggère d’instaurer le péage partout au Québec en invoquant le souvi d’équité.

 

La vie des automobilistes serait-elle plus facile avec le péage ? Le projet de Gérald Tremblay est-il réalisable ? Dans une série de reportages sur l’état de la circulation dans la métropole québécoise, le journaliste Davide Gentile de Radio-Canada s’est rendu à Stockholm où, en 2006, le péage a été implanté massivement malgré une farouche opposition de la population. Après six mois, l’expérience était couronnée de succès.

 

L’exemple de la capitale suédoise peut-il être reproduit au Québec ?  Si oui, quelles seraient les sources de revenus (taxe sur l’essence, etc.) et comment les profits seraient-ils distribués dans le but d’améliorer la condition des routes et de bonifier le transport en commun ? Où seraient installées les bornes de péage, et combien en coûterait-il pour traverser le pont Champlain ? Professeur au Centre Urbanisation Culture Société, Pierre J. Hamel estime quant à lui que le péage nuirait au centre-ville de Montréal.

 

Écouter les commentaires de Pierre J. Hamel (à partir de 2 min. 40 sec.).

Reportage : David Gentile, Radio-Canada

Diffusion : 6 septembre 2011