Un train à grande vitesse dynamiserait le marché de l’emploi

17 février 2011

( mise à jour : 17 février 2011 )


Les premiers résultats d’une étude menée par le professeur Richard Shearmur et l’étudiant à la maîtrise Frédéric Tittley du Centre Urbanisation Culture Société montrent qu’une ligne de train à grande vitesse dans le corridor Québec-Windsor dynamiserait l’économie en créant de l’emploi, mais principalement dans les grandes villes telles Montréal, Ottawa et Toronto.

 

En entrevue, le professeur Richard Shearmur « explique que les extrémités sont nécessairement moins favorisées puisque le TGV  y facilite les déplacements dans un sens plutôt que deux ». Mais le professeur estime somme toute qu’aucune ville située près d’un tel tracé de chemin de fer ne serait véritablement perdante. Pour en savoir plus, lire TGV : Québec et Windsor profiteraient peu de la croissance des emplois, paru dans Le Soleil.