Aurélien Etiemble remporte un prix au congrès de l’Electrochemical Society

1 juin 2012

( mise à jour : 17 septembre 2020 )


Aurélien Etiemble, étudiant au doctorat en sciences de l’énergie et des matériaux de l’INRS, a reçu le 3e prix pour son affiche In situ Damage Monitoring of Metal Hydrides for Ni-MH Batteries by Concomitant Generated Force and Acoustic Emission Measurement, présentée au 221e congrès de l’Electrochemical Society qui a lieu en mai à Seattle. Une centaine d’affiches étudiantes étaient en lice dans la catégorie Science et technologie électrochimiques. Dans son affiche, Aurélien Etiemble communiquait des résultats obtenus dans le cadre de ses recherches doctorales  réalisées sous la direction des professeurs Lionel Roué du Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS et Hassane Idrissi de l’INSA-Lyon en France.

 

Commercialisés à partir des années 1990, les accumulateurs Ni-MH constituent une des technologies les plus appropriées pour le stockage sécuritaire d’énergie électrique, entre autres pour le marché des véhicules hybrides. Cette technologie peut encore être perfectionnée. De quelle façon? En développant de nouveaux matériaux hydrurables — qui peuvent fixer l’hydrogène — et à faible coût. Dans cette perspective, le doctorant Aurélien Etiemble de l’INRS a contribué à une meilleure compréhension des phénomènes liés à la décrépitation des électrodes MH en vue de concevoir des hydrures métalliques hautement performants, notamment en termes de densité d’énergie et de durée de vie.

 

Pour étudier comment les matériaux d’électrodes éclatent sous l’action de l’hydrogène, Aurélien Etiemble a développé une approche particulièrement originale dans le domaine des accumulateurs, soit l’émission acoustique. Celle-ci est habituellement utilisée en contrôle non destructif pour détecter ou localiser des défauts actifs, comme la propagation des fissures dans divers matériaux et structures. Cette technique lui a notamment permis de suivre in situ ce processus de décrépitation qui altère la durée de vie de l’électrode. Les résultats présentés dans son affiche serviront non seulement à l’optimisation des électrodes à base de magnésium pour accumulateurs Ni-MH, mais pourraient aussi présenter un grand intérêt pour le développement de nouveaux matériaux d’électrodes pour les accumulateurs Li-ion.

 

Félicitations au lauréat! ♦