Le diplômé Samuel Beaulieu récompensé par l’Association canadienne de physique

Publié par Audrey-Maude Vézina

1 juin 2020

( mise à jour : 9 octobre 2020 )

Samuel Beaulieu, ancien étudiant à la maîtrise et au doctorat dans le laboratoire du professeur François Légaré de l’INRS, s’est vu décerner le prestigieux Prix de la meilleure thèse de doctorat de la Division de la physique atomique, moléculaire et photonique Canada (DPAMPC) de l’Association canadienne des physiciens et physiciennes (ACP). Il est aujourd’hui chercheur postdoctoral à l’Institut Fritz-Haber de la Société Max-Planck de Berlin en Allemagne.

« Je suis heureux d’avoir une reconnaissance du côté canadien puisque c’est ici que j’ai fait toutes mes études », confie Samuel Beaulieu qui s’est vu décerner le prestigieux Prix jeune chercheur Saint-Gobain de la Société française de physique (SFP) en 2019.

Le diplômé Samuel Beaulieu récompensé par l’Association canadienne de physique
Le diplômé Samuel Beaulieu

En tant que lauréat, Samuel Beaulieu sera invité à faire une présentation au prochain congrès de l’ACP. « Avant d’avoir terminé mon doctorat, j’ai assisté à plusieurs de leurs congrès et j’ai écouté les anciens récipiendaires du prix, raconte-t-il. C’est à mon tour maintenant ! »

Samuel a effectué sa thèse en cotutelle à l’INRS et au CELIA (CNRS/CEA/Université de Bordeaux), sous la direction de François Légaré et Yann Mairesse. L’étudiant s’est démarqué pour ses travaux en physique fondamentale sur la dynamique ultrarapide d’atomes et de molécules chirales, induite par des impulsions laser ultra-brèves. Ses travaux avaient d’ailleurs été sélectionnés parmi les 10 meilleures découvertes scientifiques 2018, dans la revue Québec Science. Samuel a également reçu le Prix de thèse en cotutelle de l’Acfas, l’automne dernier. Lors de son récent passage au Québec, Samuel s’est entretenu avec nous pour partager sa passion pour les sciences et son expérience à l’INRS.    

Samuel a effectué sa thèse en cotutelle à l’INRS et au CELIA (CNRS/CEA/Université de Bordeaux), sous la direction de François Légaré et Yann Mairesse. L’étudiant s’est démarqué pour ses travaux en physique fondamentale sur la dynamique ultrarapide d’atomes et de molécules chirales, induite par des impulsions laser ultra-brèves. Ses travaux avaient d’ailleurs été sélectionnés parmi les 10 meilleures découvertes scientifiques 2018, dans la revue Québec Science. Samuel a également reçu le Prix de thèse en cotutelle de l’Acfas, l’automne dernier. 

Lors de son récent passage au Québec, Samuel s’est entretenu avec nous pour partager sa passion pour les sciences et son expérience à l’INRS.    

Nos félicitations à ce jeune chercheur qui a une belle carrière devant lui !

Tous les deux ans, le prix du DPAMPC reconnaît la meilleure thèse de doctorat réalisée sur une thématique liée à la science de la physique atomique, moléculaire, et photonique.