De riches échanges lors de la table ronde virtuelle «LGBTQ+ en STIM»

18 mars 2021 | Sophie Laberge

Mise à jour : 18 mars 2021

Organisée en collaboration avec le Service des ressources humaines, la Direction générale et la professeure Maritza Jaramillo, la table ronde « LGBTQ+ en STIM » a rassemblé plus de 60 personnes, membres de la communauté de l’INRS ou d’ailleurs.

La table ronde a été brillamment animée par le professeur à l’UQAM et titulaire de la Chaire de recherche sur la diversité sexuelle et la pluralité des genres, Martin Blais. Ce dernier a mis en lumière les expériences et les réalités diversifiées de personnes LGBTQ+ œuvrant dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM), tant dans la prise de parole des panélistes que dans l’écoute des participantes et des participants.


La diversité en STIM

Étaient invités à titre de panélistes, Maude Cloutier, étudiante au doctorat en biologie à l’INRS, boursière Vanier 2020 et reçue au Cercle de l’excellence de l’UQ en 2019, Géraldine Delbès, professeure agrégée à l’INRS et spécialiste en toxicologie de la reproduction, Marie-Ève Baron, professeure en technologie de l’électronique, des télécommunications et des systèmes embarqués au Cégep Édouard-Montpetit, Élodie Palluet, directrice Talents en intelligence numérique chez IVADO et Naoufel Testaouni, directeur Partenariats Globaux chez Local Logic et fondateur de QueerTech. Elles et ils ont échangé avec les personnes participantes notamment sur les bonnes pratiques pour la création d’espaces plus équitables et inclusifs dans les milieux scientifiques, dont les laboratoires et les établissements d’enseignement.

Parmi les pistes de solutions suggérées par les personnes invitées, la présence de modèles diversifiés tout au long du parcours scolaire, mais aussi en STIM en général.

« Il y a une présence des membres des communautés LGBTQ+ en science, mais elle est silencieuse. Le dialogue permet de réduire ce silence et par conséquent la notion d’invisibilité. En communiquant comme nous l’avons fait aujourd’hui, nous pouvons démontrer qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre le fait d’être membres des communautés LGBTQ+ et du milieu scientifique. »

Géraldine Delbès, professeure à l’INRS et panéliste invitée

Pour donner le ton à la table ronde, la directrice de cabinet, des relations gouvernementales et des affaires publiques de l’INRS, Geneviève Chacon, a souligné l’importance d’un milieu professionnel équitable, diversifié et inclusif, mais surtout la possibilité, pour celles et ceux qui le veulent, de vivre leur identité en toute liberté. « Qu’il soit de deux ans, de cinq ans ou de trente ans, je souhaite que votre parcours universitaire vous permette non seulement d’accompagner ou de devenir des leaders dans la communauté scientifique, mais que ce cheminement vous donne aussi l’occasion de former, de soutenir et de devenir de grandes humaines et de grands humains, à travers la science », a mentionné madame Chacon dans son mot d’ouverture.

Pour sa part, la directrice du Service des ressources humaines, Marlène Blais, a précisé que l’homophobie et la transphobie sont encore des réalités avec lesquelles de nombreuses personnes doivent composer quotidiennement. Les conséquences peuvent être dévastatrices : climat inconfortable, stress, marginalisation, exclusion, insécurité et plus encore. « Les milieux d’enseignement, de travail et d’études constituent d’importants lieux de sociabilité. Pourtant, ils représentent parfois un véritable champ de mines. Nous pensons qu’un événement tel que cette table ronde permettra d’ouvrir le dialogue, mais aussi de donner aux membres de notre communauté l’occasion de mieux se connaître. Comme les panélistes l’ont suggéré, il est important que l’employeur se positionne en offrant son support. C’est la première étape vers le changement. »


La semaine HDI, un événement important à l’INRS

Pour une 5e année consécutive, le Service des ressources humaines a organisé la Semaine de sensibilisation et de prévention contre le harcèlement, la discrimination et l’incivilité (HDI) pour la communauté de l’INRS qui se déroule jusqu’au 19 mars.

Depuis le début de la semaine HDI 2021 de l’INRS, de nombreuses conférences et activités ont été présentées à la communauté. Elles ont abordé de nombreux sujets portant sur le harcèlement en milieux de travail, le cyberharcèlement, les réalités LGBTQ+, le sexisme et les stéréotypes de genre. Une discussion libre a également été organisée à la suite du visionnement du film Picture a scientist.

La semaine HDI se terminera avec le kiosque virtuel « Soutien psychologique et services, surtout en ces temps de pandémie ! ». Cette activité bilingue accueillera la nouvelle psychologue, Isabelle Queval, et la gestionnaire client du Programme d’aide aux employés et aux étudiants (PAEE), Leah Taylor. Elles présenteront les services gratuits offerts en soutien psychologique à l’INRS et pourront répondre à des questions concernant la gestion du stress et de l’anxiété en temps de pandémie.